des sites remarquables

Implanter des récifs artificiels ne s’improvise pas. Les zones d’immersion répondent à des critères précis en termes d’accessibilité et d’intérêt écologique.

© Jean Celestrino

C’est à Capbreton, Soustons-Vieux-Boucau et Messanges-Azur-Moliets que trois concessions ont été accordées à Atlantique Landes Récifs pour y immerger des récifs artificiels. Accessibles depuis le port de Capbreton, situés à proximité des côtes et présentant une faible pente afin d’assurer la tenue des structures, ces trois emplacements de 16 hectares chacun, offrent également des conditions idéales pour la reproduction des espèces océaniques. Le premier bénéficie de la présence du Gouf (canyon sous-marin exceptionnel) et de la zone de grossissement constituée par le lac marin d’Hossegor. Le deuxième profite du lac artificiel de Port d’Albret tout proche, qui, lui aussi, offre une zone de grossissement de premier choix. Quant au troisième, il tire parti des apports alluvionnaires du courant d’Huchet.

© Antoine Mettra

.

capbreton

Après trois ans de travail, c’est sur la concession de Capbreton que les premiers récifs artificiels ont été implantés en 1999. 800 m³ de buses en béton ont été largués individuellement sur les fonds sableux. Une structure métallique pour le grossissement de coquillages a été immergée en 2000. Il a ensuite fallu attendre 2010 pour que soit ajouté le récif Typi, puis 2015 pour le récif Babel et la structure métallique Néréide.

soustons-vieux-boucau

C’est en 2001-2002 que la concession de Soustons-Vieux-Boucau a commencé à être exploitée. Là encore, 800 m³ d’éléments de fonds ont été largués en mer. Mais cette fois, ils ont été liés par cinq et répartis en sept amas de 120 m³. Un récif Typi a été immergé en 2010, puis un exemplaire du Babel en 2015.

messanges-azur-moliets

Le dernier site de l’association a reçu 600 m³ d’éléments de fonds liés par dix, puis immergés en trois amas de 200 m³ entre 2003 et 2004. Comme sur les autres concessions, un récif Typi a été implanté en 2010 et un exemplaire du Babel en 2015.

notre actualité